Accéder au contenu principal

Retour sur Rework

Je me suis pour une fois sorti la tête des ouvrages techniques, de mon GoogleReader/programming/languages et autres joyeusetés de ce genre, pour me plonger dans le livre à la mode, Rework. Ce livre co-écrit par Jason Fried et David Heinemeier Hansson est un cookbook destiné aussi bien aux boss, qu'à leurs employés, désirant comprendre et décrypter les clés de la réussite de cette entreprise : 37signals, qui est au passage la boite qui a crée le website Basecamp et le framework ROR. L'ensemble repose sur un enchainement intéressant de chapitres courts mais percutants, avec des illustrations assez plaisantes. Tout est écrit en noir & blanc dans un anglais assez compréhensif, qui permet de le terminer en un clin d'œil, si vous n'avez pas fait comme moi et pris des notes quasiment à chaque chapitre.

Je ne vais pas coucher toutes mes notes sur cette page, mais vous en énumérez les premiers points qui m'ont le plus marqué, car ce livre a été pour moi et sera je l'espère pour vous, un vrai catalyseur pour créer/
agir/entreprendre/réaliser/coder/intégrer/... A noter, que ces énumérations sont le fruit de mon interprétation et peuvent avoir un autre sens pour vous.
Les erreurs ne sont pas une étape nécessaire vers la réussite, car comment peut-on apprendre d'une action ratée, elle nous apprend à éviter les pièges mais pas à réussir. Et au contraire, le succès engendre le succès,
Faire un business plan impose bien souvent un cadre trop rigide à entrepreneuriat, car la réussite passe parfois par l'improvisation,
Maîtriser sa croissance, ce n'est pas en ajoutant des salariés que l'on aura une meilleur rendement. Les grandes écoles l'on compris et préfère avoir un ratio élève / professeur raisonnable, gage de la qualité de l'enseignement. Paradoxalement, les petites entreprises veulent grandir et les grandes devenir plus modulaires pour être plus agiles, ce qui est intrinsèquement la qualité d'une petite structure,
Le vrai héros n'est pas la personne qui passe sa vie au travail, mais la personne qui sait accomplir sont travail en temps et en heure et mener une vie personnelle, lui permettant de s'épanouir,

Un entrepreneur est juste une personne qui veut faire ce qu'elle aime, au moment ou elle souhaite le faire et de la manière qu'elle le souhaite. La meilleur façon de concevoir un produit est de le concevoir pour soit,

Il ne faut pas s'abriter derrière l'excuse du temps pour ne pas entreprendre, car tout le monde peut trouver du temps et de plusieurs manières comme : partir une heure plus tôt du travail une fois dans la semaine, se coucher une heure plus tard...,

Un bon business a une idée directrice à laquelle on doit rester fidèle. Cela permet de mieux maîtriser son travail, de ne pas partir dans tous les sens et d'être cohérents aux yeux des clients,

La startup n'est pas le format idéal pour entreprendre. En effet, elle déconnecte de la réalité et place les gens dans une bulle et le marché, le business, les concurrents sont parti de réalité,

Rester léger. Eviter les process trop long, compliqués, les meetings trop nombreux... Etre léger permet le changement, force à se focaliser sur le produit,

...
Comme vous pouvez le voir, ce livre regorge de bons conseils et toutes les énumérer reviendraient à plagier les auteurs, c'est pour cela que je vous encourage à acheter ce livre et vous lancer comme moi, dans des projets qui vous donneront envie de partager et d'apprendre, bonne lecture.

Commentaires

Sebastien a dit…
J'ai adoré ce livre; tout comme leur premier opus.
Je m'associe complètement à tes commentaires.
Ulrich's Blog a dit…
Ah merci pour l'information Sébastien, je vais rechercher ce premier opus.
Stéphane a dit…
La version française sera disponible en octobre, publiée par Maxima. Le titre reste à trouver : conserver l'original ou chercher du côté de "travailler/réussir autrement"
SQIAR LTD a dit…
I'm glad to be reading this article, I simply want to offer you a huge thumbs up for your great information.
Tableau Guru
http://www.sqiar.com

Posts les plus consultés de ce blog

Faire sa machine virtuelle sous Debian ARM avec QEMU

IntroductionL'objet de ce article est de vous expliquer comment faire pas à pas, sa machine virtuelle Debian Wheezytournant sur un processeur ARMavec QEMU. Il est relativement simple de trouver des ressources à ce sujet sur le Web, mais je voulais apporter ma pierre à l'édifice sous forme d'un petit tutorial prêt à l'emploi.
A propos d'ARM et d'émulation, il faut savoir qu'au jour d'aujourd'hui, VirtualBox est incapable de virtualiser un OS tournant sur ARM, cela m'a donc obligé à m'intéresser de plus prêt à QEMU. Et si vous vous demandez pourquoi, je veux émuler de l'ARM, vous le serez au prochain épisode...


QEMUQEMU est un logiciel développé à l'origine par le célébrissime programmeur Fabrice Bellard. Le succès de cet émulateur vient principalement du fait, qu'il est tout aussi capable d'émuler que de virtualiser. La principale différence entre l'émulation et la virtualisation est qu'un émulateur peut faire tourner n&…

Releaser avec Maven sur github

Le but de l'exercice est de releaser un projet Maven simple en utilisant le maven-release-plugin via Cygwin sur la plateforme github. En effet, la procédure serait aussi simple que sur Subversion, à la condition d'avoir ses settings et ses POM au carré, ce que nous allons voir de suite.

Pour mener à bien l'opération, les pré-requis sont les suivants :
Avoir un environnement de développement sous Cygwin, le mien étant Windows XP SP3 / Cygwin 2.712, / java 1.6.0_17 / git 1.7.1 avec une auto-complétion des commandes git bien pratique,
Avoir une configuration Maven opérationnelle dans le sens où vous avez accès aux maximums de repositories publics et une plateforme d'hébergement/déploiement pour vos archives. La mienne étant Maven 2.2.1 / Nexus™ Open Source Edition 1.7.1. J'avoue avoir de la chance, car j'utilise pour mes tests, ma plateforme d'entreprise (chez Vidal) configurée aux petits oignons par mon collègue Thierry que je salue au passage (@tnehr),
Av…

Groovy Grails User Group #2

Encore une bien sympathique rencontre au Groovy Grails User Group hier soir avec les organisateurs et les gugers. Cette rencontre était basée sur l’étude du pourquoi et comment migrer une application web Java standard vers Grails par Stéphane Maldini, qui est au passage commiter sur iceScrum.

J’ai bien aimé la façon dont Stéphane a amené la chose et exprimé le besoin en tant que développeur, de passer à d’autres outils aussi facile d’accès, qu’instinctifs et toujours dans l’esprit de vouloir voir autre chose.

Je ne vais pas passer au crible les différents slides exposés par Stéphane car mon iPhone m’ayant joué des tours, j’ai perdu la moitié de mes notes. Néanmoins, j’ai été un peu étonné par un ou deux argument exposé.

Le premier était que Grails favorise les tests. Je bloque sur ce point et ce, malgré les arguments exposés. En effet, je ne peux comprendre en quoi Grails permet ou facilite l’écriture de tests unitaires. L’idée de Stéphane était que le couple Groovy/Grails permettant un …